TEXTE DE LA RèGLE DE l'ORDRE DU CARMEL 1207 -2007

avec les références bibliques

1.
Albert, appelé par la grâce de Dieu, Patriarche de l'Eglise de Jérusalem, aux chers fils dans le Christ, B. et les autres ermites, qui vivent sous son obéissance, près de la source, au Mont Carmel, salut dans le Seigneur et bénédiction du saint Esprit.

2.
A bien des reprises et de bien des manières, ( Cf Héb 1,1 ) les Saints Pères ont réglé comment chacun doit vivre dans l'obéissance de Jésus-Christ ( Cf 2 Co 10,5) et le servir fidèlement, d'un coeur pur et une bonne conscience, (Cf 1 Tm 1,5) en quelqu'ordre qu'il soit ou quel que soit le genre de vie religieuse choisi .

3.
Mais puisque vous nous demandez de vous donner, selon votre résolution, une formule de vie que vous deviez garder dans l'avenir :

4.
En premier lieu nous prescrivons que l'un d'entre vous soit Prieur, et qu'il soit élu à cette charge du consentement unanime de tous, ou de la partie la plus nombreuse et la plus sage. Tous les autres lui promettront obéissance et s'appliqueront à la garder en vérité dans leur conduite , (Cf 1 Jn 3,18 ) ainsi que la chasteté et le renoncement à la propriété.

5.
Vous pourrez habiter en des endroits déserts et là aussi où l'on vous offrira des lieux, qui soient aptes et convenables pour l'observance de votre vie religieuse, selon ce qui paraîtra être le mieux au Prieur et aux frères.

6.
En outre, suivant la disposition des lieux que vous avez résolu d'habiter, chacun d'entre vous aura une cellule séparée ; ces mêmes cellules seront assignées à chacun conformément à la décision du Prieur lui-même, avec l'assentiment des autres frères ou de la partie la plus sage.

7.
Néanmoins, vous prendrez dans un réfectoire commun ce qui vous aura été donné, écoutant ensemble la lecture de quelque passage de l'Ecriture sainte, lorsque cela pourra se faire convenablement.

8.
Il ne sera permis à aucun des frères, si ce n'est du consentement du Prieur en charge, de changer la place à lui assignée, ou de l'échanger avec un autre.

9.
La cellule du Prieur se trouvera près de l'entrée du lieu, afin qu'il soit le premier à aller recevoir ceux qui viendront en ce lieu ; ensuite, tout ce qu'il y aura à faire s'exécutera d'après sa volonté et sa décision.

10.
Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d'elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière, (Cf Ps 1,2 et Jos 1,8) à moins qu'il ne soit légitimement occupé pour d'autres justes raisons.

11.
Ceux qui savent dire les heures canoniales avec les clercs, les réciteront suivant les règles établies par les Saints Pères et la coutume approuvée de l'Eglise. Ceux qui ne le savent pas, diront pour Matines vingt-cinq Pater, sauf les dimanches et les jours de fête solennelle, aux Matines desquels nous prescrivons que ce nombre soit doublé, en sorte qu'ils récitent cinquante Pater ; la même prière sera dite sept fois pour Laudes, et sept fois également pour chacune des autres heures, à l'exception des Vêpres pour lesquelles vous devrez la dire quinze fois.

12.
Qu'aucun des frères ne dise que quelque chose lui appartient en propre, mais que tout vous soit commun ( Cf Actes 2,44 et 4,32 ) et soit distribué à chacun par la main du Prieur, c'est-à-dire par le frère qu'il aura chargé de ce service, selon les besoins de chacun, (Cf actes 4,35) compte tenu de l'âge et des nécessités particulières.

13.
Cependant, dans la mesure où vous en aurez besoin, vous pourrez avoir des ânes ou des mulets et quelques élevages d'animaux et de volailles.

14.
L'oratoire, aussi convenablement que possible, sera construit au milieu des cellules ; et vous devrez vous y réunir chaque matin (Cf Ps 144,2) pour entendre la messe solennelle, lorsque cela pourra se faire convenablement.

15.
Les dimanches ou un autre jour, lorsque ce sera nécessaire, vous vous entretiendrez du respect de la vie régulière et du salut des âmes ; en même temps, si l'on a remarqué quelque excès et quelque faute de l'un des frères, qu'il soit corrigé avec charité.

16.
Vous jeûnerez tous les jours, sauf les dimanches, de la fête de l'Exaltation de la Sainte Croix jusqu'au jour de la Résurrection du Seigneur, à moins que la maladie ou la faiblesse du corps, ou quelqu'autre juste motif n'engage à rompre le jeûne, car la nécessité n'a point de loi.

17.
Vous vous abstiendrez de manger de la viande, si ce n'est comme remède à la maladie ou à la faiblesse. Mais, parce qu'en voyage vous êtes souvent obligés de mendier, pour ne pas être à charge à vos hôtes, vous pourrez, hors de vos maisons, prendre des mets cuits avec de la viande, et aussi sur mer, il vous sera permis de manger de la viande.

18.
Puisque la vie de l'homme sur terre est réellement une tentation, (Cf Job 7,1) et que tous ceux qui veulent vivre pieusement dans le Christ souffrent persécution, (Cf 2 Tim 3,12) et comme aussi votre adversaire, le diable, tel un lion rugissant, rôde cherchant une proie à dévorer, (Cf 1 Pi 5,8) mettez toute votre sollicitude à vous revêtir de l'armure de Dieu, afin de pouvoir résister aux ruses de l'ennemi. (Cf Eph 6,11)

19.
Ceignez vos reins de la ceinture de la chasteté (Cf Eph 6,14) ; fortifiez votre coeur de saintes pensées, car il est écrit : « La pensée sainte te gardera »(Pr 2, 11 selon les Septantes). Revêtez la cuirasse de la justice, (Cf Eph 6,14) en sorte que vous aimiez le Seigneur votre Dieu de tout votre coeur, de toute votre âme et de toutes vos forces ,(Cf Marc 12,30 et Deut 6,5) et votre prochain comme vous-mêmes. Prenez, en toutes choses, le bouclier de la foi : il vous permettra d'éteindre tous les traits enflammés du malin (Eph 6,16); sans la foi, en effet, il est impossible de plaire à Dieu .( Heb 11,16) Couvrez-vous aussi la tête du casque du salut (Eph 6,17) pour attendre le salut du seul Sauveur, lui qui délivre son peuple de ses péchés. (Cf Mt 1,21). Et que le glaive de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu, (Cf Eph 6,17) habite en plénitude (Cf Col 3,16) dans votre bouche et dans votre coeur. (Cf Rom 10,8 et Col 3,16) Que tout ce que vous devez faire soit fait selon la parole du Seigneur. (Col 3,17 et 1 Co 10,31)

20.
Vous devez vous livrer à quelque travail, afin que le diable vous trouve toujours occupés ; que votre oisiveté ne lui permette de trouver un accès pour entrer dans vos âmes. A ce sujet vous avez l'enseignement aussi bien que l'exemple de l'apôtre Saint Paul : le Christ parlait par sa bouche ( Cf 2 Co 13,3 ), puisqu'il a été établi et donné par Dieu comme prédicateur et docteur des nations dans la foi et la vérité (Cf 1 Tim 2,7). Si vous le suivez vous ne pourrez pas vous égarer. Il nous dit, en effet : «Dans la peine et dans la fatigue nous avons été parmi vous travaillant jour et nuit pour n'être à charge à personne. Non pas que nous n'en ayons le droit, mais c'était afin de vous donner en nous-mêmes un exemple à imiter. En effet, lorsque nous étions près de vous, nous vous déclarions que si quelqu'un ne veut pas travailler il ne doit pas manger. Nous avons appris, en effet, qu'il y en a parmi vous qui errent dans l'inquiétude et l'oisiveté ; or, à ceux-là qui vivent ainsi, nous adressons, dans le Seigneur Jésus-Christ, cet ordre et cette prière: qu'ils travaillent en silence et mangent un pain qu'ils auront gagné» (cf.2 Th 3, 7-12). Cette voie est sainte et bonne ; suivez-la. (Cf Is 30,21)

21.
L'Apôtre nous recommande le silence lorsqu'il nous ordonne de travailler en le gardant (Cf 2 Th 3,12). Et le Prophète témoigne également :« Le silence est le culte de la justice» (cf. Is 32,17), et encore : «Dans le silence et l'espérance sera votre force» (Is 30,15 ). C'est pourquoi nous vous ordonnons de garder le silence depuis la fin de complies jusqu'à prime du jour suivant. Pour le reste du temps, bien que le silence n'ait pas à être gardé aussi rigoureusement, vous éviterez cependant avec soin le bavardage. Il est en effet écrit et l'expérience le confirme : « L'abondance des paroles ne va pas sans péché» (Pr 10,19) et : « Celui qui parle inconsidérément en éprouve les effets malheureux » (Pr 13,3) et encore : « Celui qui multiplie les paroles blesse son âme» (Si 20, 8). Et le Seigneur dans l'Evangile : «Au jour du Jugement, les hommes rendront compte de toute parole oiseuse qu'ils auront dite» (Mt 12,36). Que chacun fasse donc un joug pour ses paroles et un mors qui s'ajuste bien à sa bouche de peur qu'il ne glisse et tombe par sa langue (Cf Si 28, 29) et que sa chute ne soit incurable jusqu'à la mort. Qu'avec le prophète, il garde ses voies pour ne point pécher par sa langue (Cf Ps 38,2) et qu'il s'applique diligemment et prudemment à observer le silence dans lequel se cultive la justice. (Cf Is 32,17)

22.
Et vous, frère B., et quiconque après vous sera établi Prieur, ayez toujours présent à l'esprit et observez dans votre conduite ce que le Seigneur dit dans l'Evangile : «Quiconque voudra être le plus grand parmi vous sera votre serviteur ; et quiconque voudra être le premier d'entre vous sera votre esclave» ( Mc 10, 43-44 et Mt 20,26-27))

23.
Et vous, les autres frères, honorez humblement votre Prieur, considérant, non pas sa personne mais le Christ qui l'a mis à votre tête (Cf Ps 65,12). Et qui a dit aux pasteurs des Eglises : «Qui vous écoute m'écoute, qui vous méprise me méprise » (Lc 10, 16) . Ainsi vous ne serez pas cités en jugement pour l'avoir méprisé, mais vous mériterez, par votre obéissance la récompense de la vie éternelle.

24.
Nous vous avons brièvement écrit ces choses pour établir le cadre de votre genre de vie, selon lequel vous devrez vivre. Si quelqu'un fait davantage, le Seigneur lui-même le lui rendra quand il reviendra. (Luc 10,35) Qu'il garde cependant la discrétion qui est la modératrice des vertus.

Règle primitive de l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel

donnée par le bienheureux Albert, patriarche de Jérusalem, et confirmée par le Pape Innocent IV.

regle avec titres

Fac similé du début de la Règle dans la Bulle d'Innocent IV en 1247

1. Albert, appelé par la grâce de Dieu, Patriarche de l'Eglise de Jérusalem, aux chers fils dans le Christ, B. et les autres ermites, qui vivent sous son obéissance, près de la source, au Mont Carmel, salut dans le Seigneur et bénédiction du saint Esprit.

2. A bien de reprises et de bien des manières, les Saints Pères ont réglé comment chacun doit vivre dans l'obéissance de Jésus-Christ et le servir fidèlement, d'un coeur pur et une bonne conscience, en quelqu'ordre qu'il soit ou quel que soit le genre de vie religieuse choisi .

3. Mais puisque vous nous demandez de vous donner, selon votre résolution, une formule de vie que vous deviez garder dans l'avenir

Le Prieur et les 3 choses qu'on doit lui promettre

4. En premier lieu nous prescrivons que l'un d'entre vous soit Prieur, et qu'il soit élu à cette charge du consentement unanime de tous, ou de la partie la plus nombreuse et la plus sage. Tous les autres lui promettront obéissance et s'appliqueront à la garder en vérité dans leur conduite, ainsi que la chasteté et le renoncement à la propriété.

Les lieux d'habitation

5. Vous pourrez habiter en des endroits déserts et là aussi où l'on vous offrira des lieux, qui soient aptes et convenables pour l'observance de votre vie religieuse, selon ce qui paraîtra être le mieux au Prieur et aux frères.

Les cellules

6. En outre, suivant la disposition des lieux que vous avez résolu d'habiter, chacun d'entre vous aura une cellule séparée ; ces mêmes cellules seront assignées à chacun conformément à la décision du Prieur lui-même, avec l'assentiment des autres frères ou de la partie la plus sage.

Les repas en commun

7. Néanmoins, vous prendrez dans un réfectoire commun ce qui vous aura été donné, écoutant ensemble la lecture de quelque passage de l'Ecriture sainte, lorsque cela pourra se faire convenablement.

L'autorité du Prieur

8. Il ne sera permis à aucun des frères, si ce n'est du consentement du Prieur en charge, de changer la place à lui assignée, ou de l'échanger avec un autre.

9. La cellule du Prieur se trouvera près de l'entrée du lieu, afin qu'il soit le premier à aller recevoir ceux qui viendront en ce lieu ; ensuite, tout ce qu'il y aura à faire s'exécutera d'après sa volonté et sa décision.

La prière personnelle

10. Que chacun demeure seul dans sa cellule ou près d'elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière, à moins qu'il ne soit légitimement occupé pour d'autres justes raisons.

La liturgie des Heures

11. Ceux qui savent dire les heures canoniales avec les clercs, les réciteront suivant les règles établies par les Saints Pères et la coutume approuvée de l'Eglise. Ceux qui ne le savent pas, diront pour Matines vingt-cinq Pater, sauf les dimanches et les jours de fête solennelle, aux Matines desquels nous prescrivons que ce nombre soit doublé, en sorte qu'ils récitent cinquante Pater ; la même prière sera dite sept fois pour Laudes, et sept fois également pour chacune des autres heures, à l'exception des Vêpres pour lesquelles vous devrez la dire quinze fois.

Le renoncement à toute propriété

12. Qu'aucun des frères ne dise que quelque chose lui appartient en propre, mais que tout vous soit commun et soit distribué à chacun par la main du Prieur, c'est-à-dire par le frère qu'il aura chargé de ce service, selon les besoins de chacun, compte tenu de l'âge et des nécessités particulières.

13. Cependant, dans la mesure où vous en aurez besoin, vous pourrez avoir des ânes ou des mulets et quelques élevages d'animaux et de volailles.

L'oratoire ou chapelle

14. L'oratoire, aussi convenablement que possible, sera construit au milieu des cellules ; et vous devrez vous y réunir chaque matin pour entendre la messe solennelle, lorsque cela pourra se faire convenablement.

Le chapitre et la correction fraternelle

15. Les dimanches ou un autre jour, lorsque ce sera nécessaire, vous vous entretiendrez du respect de la vie régulière et du salut des âmes ; en même temps, si l'on a remarqué quelque excès et quelques faute de l'un des frères, qu'il soit corrigé avec charité.

Le jeûne

16. Vous jeûnerez tous les jours, sauf les dimanches, de la fête de l'Exaltation de la Sainte Croix jusqu'au jour de la Résurrection du Seigneur, à moins que la maladie ou la faiblesse du corps, ou quelqu'autre juste motif n'engage à rompre le jeûne, car la nécessité n'a point de loi.

17. Vous vous abstiendrez de manger de la viande, si ce n'est comme remède à la maladie ou à la faiblesse. Mais, parce qu'en voyage vous êtes souvent obligés de mendier, pour ne pas être à charge à vos hôtes, vous pourrez, hors de vos maisons, prendre des mets cuits avec de la viande, et aussi sur mer, il vous sera permis de manger de la viande.

Exhortations

18. Puisque la vie de l'homme sur terre est réellement une tentation, et que tous ceux qui veulent vivre pieusement dans le Christ souffrent persécution, et comme aussi votre adversaire, le diable, tel un lion rugissant, rôde cherchant une proie à dévorer, mettez toute votre sollicitude à vous revêtir de l'armure de Dieu, afin de pouvoir résister aux ruses de l'ennemi.

19. Ceignez vos reins de la ceinture de la chasteté ; fortifiez votre coeur de saintes pensées, car il est écrit : "La pensée sainte te gardera "(Pr 2, 11 selon les Septantes). Revêtez la cuirasse de la justice, en sorte que vous aimiez le Seigneur votre Dieu de tout votre coeur, de toute votre âme et de toutes vos forces, et votre prochain comme vous-mêmes. Prenez, en toutes choses, le bouclier de la foi : il vous permettra d'éteindre tous les traits enflammés du malin ; sans la foi, en effet, il est impossible de plaire à Dieu. Couvrez-vous aussi la tête du casque du salut pour attendre le salut du seul Sauveur, lui qui délivre son peuple de ses péchés. Et que le glaive de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu, habite en plénitude dans votre bouche et dans votre coeur. Que tout ce que vous devez faire soit fait selon la parole du Seigneur.

Le travail

20. Vous devez vous livrer à quelque travail, afin que le diable vous trouve toujours occupés ; que votre oisiveté ne lui permette de trouver un accès pour entrer dans vos âmes. A ce sujet vous avez l'enseignement aussi bien que l'exemple de l'apôtre Saint Paul : le Christ parlait par sa bouche, puisqu'il a été établi et donné par Dieu comme prédicateur et docteur des nations dans la foi et la vérité. Si vous le suivez vous ne pourrez pas vous égarer. Il nous dit, en effet : "Dans la peine et dans la fatigue nous avons été parmi vous travaillant jour et nuit pour n'être à charge à personne. Non pas que nous n'en ayons le droit, mais c'était afin de vous donner en nous-mêmes un exemple à imiter. En effet, lorsque nous étions près de vous, nous vous déclarions que si quelqu'un ne veut pas travailler il ne doit pas manger. Nous avons appris, en effet, qu'il y en a parmi vous qui errent dans l'inquiétude et l'oisiveté ; or, à ceux-là qui vivent ainsi, nous adressons, dans le Seigneur Jésus-Christ, cet ordre et cette prière: qu'ils travaillent en silence et mangent leur pain" (cf.2 Th 3, 7-12). Cette voie est sainte et bonne ; suivez-la.

Le silence

21. L'Apôtre nous recommande le silence lorsqu'il nous ordonne de travailler en le gardant. Et le Prophète témoigne également : "Le silence est le culte de la justice" (cf. 1s 32,17), et encore : "Dans le silence et l'espérance sera votre force"(Is 30,15). C'est pourquoi nous vous ordonnons de garder le silence depuis la fin de complies jusqu'à prime du jour suivant. Pour le reste du temps, bien que le silence n'ait pas à être gardé aussi rigoureusement, vous éviterez cependant avec soin le bavardage. Il est en effet écrit et l'expérience le confirme : "L'abondance des paroles ne va pas sans péché" (Pr 10,19) et : "Celui qui parle inconsidérément en éprouve les effets malheureux "(Pr 13,3) et encore : "Celui qui multiplie les paroles blesse son âme" (Si 20, 8). Et le Seigneur dans l'Evangile : "Au jour du Jugement, les hommes rendront compte de toute parole oiseuse qu'ils auront dite" (Mt 12,36). Que chacun fasse donc un joug pour ses paroles et un mors qui s'ajuste bien à sa bouche de peur qu'il ne glisse et tombe par sa langue et que sa chute ne soit incurable jusqu'à la mort. Qu'il garde ses voies avec le prophète pour ne point pécher par sa langue et qu'il s'applique diligemment et prudemment à observer le silence dans lequel se cultive la justice.

Exhortation au Prieur sur l'humilité

22. Et toi, frère B., et quiconque après toi sera établi Prieur, ayez toujours présent à l'esprit et observez dans votre conduite ce que le Seigneur dit dans l'Evangile : "Quiconque voudra être le plus grand parmi vous sera votre serviteur ; et quiconque voudra être le premier d'entre vous sera votre esclave" (Mc 10, 43-44)

Exhortations aux Frères sur leur devoir d'honorer et respecter le Prieur

23. Et vous, les autres frères, honorez humblement votre Prieur, considérant, non pas sa personne mais le Christ qui l'a mis à votre tête. Il dit aux pasteurs des Eglises : "Qui vous écoute m'écoute, qui vous méprise me méprise"(Lc 10, 16). Ainsi vous ne serez pas cités en jugement pour l'avoir méprisé, mais vous mériterez, par votre obéissance la récompense de la vie éternelle.

24. Nous vous avons brièvement écrit ces choses pour établir le cadre de votre genre de vie, selon lequel vous devrez vivre. Si quelqu'un fait davantage, le Seigneur lui-même le lui rendra quand il reviendra. Qu'il garde cependant la discrétion qui est la modératrice des vertus.

Présentation et commentaires de la Règle du Carmel

La première formule de vie carmélitaine est exprimée dans la Règle de saint Albert de Jérusalem. Elle fut donnée aux Carmes entre 1206 et 1214.
C'est pourquoi, les Pères Généraux des Grands Carmes et des Carmes Déchaux ont, d'un commun accord, convenu de célébrer en 2007 le 8ème centenaire de sa rédaction par Saint Albert : 1207 – 2007

Prescriptions essentielles contenues dans la Règle et toujours valables aujourd'hui pour les carmes et carmélites :

  • Vivre dans l'obéissance au Christ et le servir fidèlement d'un coeur pur et d'une bonne conscience", espérer de Lui seul le salut.
  • Dans la solitude "méditer jour et nuit la Loi du Seigneur ( La Sainte Ecriture ) et veiller dans la prière, à moins d'être occupé à d'autres activités.
  • Célébrer chaque jour en communauté l'Eucharistie et la prière de l'Eglise (la Liturgie des Heures).
  • Pratiquer l'ascèse selon l'Evangile et se "revêtir de l'armure" de Dieu pour "vivre avec piété dans le Christ" ;
  • Suivre l'exemple de l'apôtre Paul en s'adonnant généreusement au travail;
  • établir entre les membres une communion de vie soutenue par des relations fraternelles, la mise en commun des biens et une sollicitude spirituelle réciproque, sous la direction du prieur (ou de la Prieure) préposé au service de la communauté.
  • Par-dessus tout, mener une vie de prière continuelle, dans la solitude, le silence et l'esprit de la vigilance évangélique, c'est à dire tout transformer en prière.

lire le texte intégral de la Règle du Carmel

Une Règle toujours vivante à laquelle se réfère Carmes, Carmélites, Congrégations apostoliques carmélitaines et laïcs ; soit quelques 70 000 personnes de par le monde ;

Une Règle sous le signe de la Parole de Dieu
Ecrite dans un contexte de renouveau évangélique, elle témoigne d'une grande familiarité avec la Parole de Dieu, qui est la règle fondamentale de toute vie chrétienne. On y trouve près de 50 références à l'Ecriture.
En fait c'est toute la vie du carme et de la carmélite qui doit devenir une expression vivante de la Parole de Dieu.
« Que la Parole de Dieu demeure en votre bouche et votre coeur et que tout ce que vous aurez à faire soit fait selon la Parole du Seigneur. »
Lire le texte de la Règle avec les citations bibliques.

Une règle sous le signe de la fraternité dont le modèle est la première communauté chrétienne de Jérusalem, réunie autour du Christ, de sa Parole, de son mystère pascal célébré dans l'Eucharistie de chaque jour, vécu dans le dialogue, le pardon réciproque, le partage des biens, le combat spirituel et la participation à la loi commune du travail.

Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine : Laudes : 7h30 - messe : 8h30 - Vêpres : 17h00 - Oraison : 17h30
le dimanche : Laudes : 8h30 - messe à 9h00 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top