L'Ordre du Carmel en Finistère de 1353 à nos jours

carmelivre2

Par Soeur Maryvonne- Carmel de Morlaix

Préface de Philippe Le Guillou

Format 148 x 210 mm 208 pages.

impression : 4 couleurs

Prix : 20 €

Port-emballage : 4 €

Editions Minihy Levenez - 2004

Soeur Maryvonne, carmélite à Morlaix, retrace dans cet ouvrage l'histoire des origines de L'Ordre du Carmel puis celles des 4 couvents de Carmes qui se sont implantés sur la terre finistérienne, à partir de 1353, à Saint Pol-de-Léon, Pont-l'Abbé, Saint-Hernin-Carhaix et Brest.

Cette évocation est suivie de l'histoire plus précise du carmel de Morlaix du XVIIè siècle à nos jours.L'ensemble est agrémenté de documents qui illustrent la présence l'Ordre du Carmel en Finistère.

Enfin un chapitre complémentaire, signé de Christiane Hermelin-Guillou, présente les bannières réalisées par l'atelier d'art sacré du carmel entre 1850 et 1950.

 

Bon de commande
A imprimer, puis retourner dûment rempli, accompagné de votre règlement par chèque
A l'ordre du : Carmel de Morlaix, à l'adresse suivante :

 

Monastère du Carmel

9,  rue Sainte Marthe

29600 MORLAIX

 

Je, soussigné (e) …………………………………………………………………………………………

Demeurant : ……………………………………………………………………………………………..

Déclare commander ……..exemplaire (s) de l'ouvrage :

MORLAIX – Le CARMEL – Soeur Maryvonne – Carmel de Morlaix

Au prix de 24 €uros , port compris, soit un total de …………..€uros

Je vous prie de trouver ci-joint, un chèque à l'ordre du « Carmel de Morlaix, »

Un bref historique de la création du carmel de Morlaix

Morlaix : Cité d'art et d'histoire du Finistère, avec, au nord la Manche et ses côtes superbement échancrées, au sud le Parc Naturel des Monts d'Arrée.

m anne stbarthLe Carmel y fut établi dès 1619 sous l'impulsion de la Bienheureuse Anne de Saint Barthélemy, compagne très chère de Sainte Thérèse d'Avila.

Après un essai de vie religieuse dans un monastère à Paris, Julienne de Kerémar, jeune bretonne d'Allineuc (Côtes d'Armor) cherchait la manière de consacrer sa vie à Dieu. Sortie de ce monastère, elle rencontra à Paris, en 1611, la Mère Anne de Saint Barthélemy.

Celle-ci lui suggéra de travailler à la fondation d'un Carmel en Bretagne. Ce qu'elle fit avec d'autant plus d'empressement, que sa soeur (Soeur Marie de Saint Elie) était entrée au carmel de TOURS peu de temps auparavant et y avait été accueillie précisément par la Mère Anne de Saint Barthélémy. Julienne connaissait la ville de Morlaix et le désir de ses habitants d'avoir un monastère de femmes qui prieraient pour eux. Elle se chargea de toutes les démarches administratives et les gouverneurs de la ville lui concédèrent l'autorisation d'édifier un monastère de carmélites près de Notre Dame de la Fontaine. 

N.D. de la Fontaine, à Morlaix, était au Moyen âge, un lieu de pèlerinage très fréquenté et une étape du Tro-Breiz entre St Pol et Tréguier.

Une source abondante était là, bienvenue pour les pèlerins avec, tout à côté, un petit établissement hospitalier, à but charitable, pour les besoins des pauvres et des pèlerins.

Une chapelle gothique y fut construite entre 1390 et 1424 par le Duc Jean V, et remplaça un oratoire plus modeste.

Ce lieu fut donné aux Carmélites en 1618 par la Ville de Morlaix pour devenir un lieu permanent de prière.

En 2004 les Editions Minihy-Levenez ont publié un livre sur l'histoire de l'Ordre du carmel en Finistère. Ecrit par une soeur du carmel (Sr Maryvonne), ce livre retrace aussi l'histoire du carmel de Morlaix.

Après avoir traversé, comme bien d'autres carmels, la tourmente révolutionnaire de 1789-1792, puis les destructions matérielles de la deuxième guerre mondiale, notre monastère, depuis quatre siècles, a tenu bon sur les hauteurs de la ville. Fidèle à sa vocation, il semble veiller près de « la fontaine de vie ». 

Plus de 260 carmélites y ont vécu jusqu'à ce jour et si les murs pouvaient parler ils proclameraient les merveilles dont ils ont été les seuls témoins :

  • les professions joyeuses annoncées maintes et maintes fois à la ville par le carillon du clocher.
  • les célébrations liturgiques des joies pascales après le long hiver et l'âpreté du carême.
  • les jours du temps ordinaire qui s'écoulent dans la main de Dieu.
  • les vies silencieuses qui vont vers le Père dans la confiance au terme du voyage.
  • ....

et combien d'indicibles choses encore !

La règle primitive de l'Ordre du Carmel et les enseignements de Sainte Thérèse d'Avila sont  le filigrane sur lequel se déroule le cours de nos journées : travail, prière, silence et fraternité, formation spirituelle continue....

Vie de travail

Règle du carmel

  • "Vous devez vous livrer à quelque travail [..]
    Comme le dit Saint Paul : C'est dans le labeur et dans la fatigue que nous avons été au milieu de vous, travaillant nuit et jour pour n'être à charge à personne."

fabric pate Moines et moniales se soumettent à la loi commune du travail pour vivre.

A Morlaix notre activité principale est la confection des hosties pour les paroisses et les autres communautés chrétiennes.

 

cuissonAinsi l'Eucharistie est doublement au coeur de nos journées : Le pain « fruit de la terre, du travail des hommes» et de notre travail, est destiné à devenir Pain de la Vie Eternelle et Présence du Christ Ressuscité dans son Eglise.

 

emballageCe travail est très diversifié, car il comprend la fabrication de la pâte, la cuisson, le découpage des hosties, l'emballage et l'expédition.

 A cela il faut ajouter la facturation et le suivi des commandes dont le volume correspond à la comptabilité d'une petite entreprise.

 

decoupeLes innovations technologiques aident bien la communauté, notamment la presse à commande numérique spécialement conçue pour la découpe des hosties, ainsi que l'outil informatique très utile pour la comptabilité et le secrétariat.

La vie quotidienne de notre communauté comporte aussi d'autres tâches pour le bon fonctionnement de l'ensemble : activités ménagères (cuisine, couture, lessive...), jardinage et entretien du verger. Nous avons ainsi le plaisir de manger les fruits de notre jardin.

 

Vie de silence et de fraternité

Règle du carmel

  • «Vous éviterez avec grand soin de parler beaucoup… »
  • «Le climat habituel sera celui du silence, plus ou moins rigoureux suivant les moments de la journée. Mais l'appel est clair à ne pas se disperser en paroles inutiles.

Des journées mensuelles de désert et la retraite annuelle en solitude, élargissent notre espace intérieur et nous préparent à de nouvelles rencontres : celle du Christ et celle des autres.

  • « La vie de communauté, proposée par la règle et rénovée par Sainte Thérèse, suit l'exemple de l'église primitive »

Elle requiert l'amour réciproque et le don de soi au quotidien pour authentifier la vie de prière.
Elle se construit également par la parole échangée au cours des réunions communautaires et des moments de détente de chaque soir.

Vie de prière

cierge allume

"Qu'il me soit fait selon Ta parole"

L'important n'est pas de parler à Dieu, mais d'écouter sa parole, car Dieu a bien plus à nous dire que nous n'avons de choses à lui dire.

Nous appuyons notre prière intérieure sur l'Evangile, le livre de la parole vivante. "Parle Seigneur ! ton serviteur écoute."

La prière silencieuse qui en découle, ouvre et creuse un long chemin à l'intérieur de nous-mêmes, un parcours basé sur une relation d'amour qui apprend peu à peu à se déployer, en vérité, dans tous les domaines de notre vie.

lectionnaireL'oraison est le lieu où nous écoutons et regardons le Christ notre Lumière et où nous lui ouvrons notre pauvreté, nous laissant guider par Lui dans la confiance. "Que rien ne te trouble, que rien ne te lasse, tout passe; Dieu ne change pas ..." (Ste Thérèse d'Avila)

Peu à peu, nous accepterons de renoncer à ce qui blesse l'Amour, de nous ouvrir à la vie nouvelle qu'il nous propose. Alors, dans une expérience de relation aux trois Personnes divines, nous entrons dans les secrets de Dieu, et le Christ nous partage son souci du salut du monde.

Vie spirituelle

Le dynamisme de notre vie spirituelle vient de notre grand désir d'être configurées au Christ.

Et c'est ce désir, aux dimensions divines, qui nous pousse au cheminement quotidien où rien n'est acquis d'avance. oratoire vierge lampe

Notre vocation religieuse en effet, ne nous protège pas de la fragilité humaine. Nous sommes confrontées, comme tout un chacun, à la nécessité du combat spirituel pour progresser dans la connaissance de nous-mêmes et surmonter nos illusions.

Là encore, c'est la Parole de Dieu sur laquelle nous nous appuyons qui ajuste nos chemins, nos conversions, et qui nous pousse toujours au risque d'un amour plus vrai et plus fraternel.

Formation spirituelle continue

biblio jacqPour progresser dans la vie de prière, une bonne connaissance de la Parole de Dieu est indispensable.

C'est pourquoi nous prenons soin de l'étudier et de la méditer.

Cet approfondissement de la Parole de Dieu est accompagné de l'étude des écrits des Saints du Carmel, des Pères de l'Eglise ainsi que d'autres livres de théologie et de spiritualité.

L'objectif de cette formation est

  • d'acculturer notre foi
  • d'intégrer la modernité sans perdre le contact avec la Source,
  • d'entrer dans une spiritualité de communion, de dialogue et d'ouverture,
  • de partager avec nos contemporains ce qui nous fait vivre.

Vie d'Eglise et de communion

Dans le coeur de l'Eglise, ma mère, je serai l'amour (Ste Thérèse de l'EJ)

La vie de prière est un service d'église.

st therese ejPar la Liturgie des Heures, nous nous inscrivons dans cette louange perpétuelle de l'Eglise pour son Seigneur.

Parcourant le monde entier, cette louange ne s'interrompt jamais. Ainsi à chaque heure du jour et de la nuit, une personne, une communauté, prie au nom de l'Eglise pour le salut de tous les hommes !

 

En son temps, l'exemple de la "petite Thérèse" devenue patronne des missions, alors qu'elle n'est jamais sortie de son carmel illustre bien les dimensions de la prière ecclésiale.

Dans un monde en feu, notre prière secrète pour nos frères en humanité, connus ou inconnus, monte tous les jours avec confiance vers le Seigneur qui écoute et prend pitié.

Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine  : Laudes : 7h30 - messe : 8h30 - Vêpres : 17h00 - Oraison : 17h30
le dimanche : Laudes : 7h15 - messe à 8h30 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top