« Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes »

Nombreuses sont les chapelles dédiées à La Vierge Marie et nombreux sont les fidèles qui s’y rendent pour honorer Marie en ce 15 août. Cette fête est aussi l’occasion de se retrouver en famille, entre amis, en quartier, de faire la fête. Des liens se resserrent, des nouvelles se partagent. Des moments de retrouvailles qui donnent à cette fête chrétienne une couleur d’humanité et de proximité, à l’image de Marie, notre mère et notre sœur.

Mais en fait, quelle est la réalité théologique qui se cache derrière la fête de l’Assomption ? La plupart des gens l’ignore, probablement parce qu’elle est formalisée d’une manière trop dogmatique par les spécialistes. Alors pour le dire le plus simplement possible, on peut affirmer que l’Assomption est le fruit de la Résurrection.

En fêtant depuis des siècles, la dormition de la Vierge Marie, qui est l’autre nom de l’Assomption, l’Eglise honore l’humble mère de Dieu qui a ouvert à tous ses enfants la merveilleuse Porte du Ciel.

Avec les mots de Paul Claudel, tournons-nous vers elle, comme des enfants vers leur mère :

Il est midi, je vois l'église ouverte
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n'ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.
Ne rien dire, regarder votre visage,
Parce que vous êtes belle,
parce que vous êtes immaculée,

La femme dans la Grâce enfin restituée, […]
Parce que vous êtes là pour toujours,
simplement parce que vous êtes Marie,
simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !