La mort de Jésus …un vrai miracle !

Le Seigneur Jésus est mort dans ce cri dont on a voulu adoucir l'horreur : "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné ?"

Il a senti le Visage de Dieu se détournant de Lui, comme les mystiques peuvent l'éprouver dans le tunnel des épreuves purificatrices qui précèdent l'arrivée dans la Lumière pascale. Il a dû vivre cet Enfer autant que l'Innocence infinie pouvait la vivre. Il a senti le Visage de Dieu détourné de Lui, comme Il a senti toute l'humanité hostile puisqu'elle Le condamnait et Le crucifiait. [...]

Il n'est pas mort de ses blessures, encore qu'elles fussent atroces. Il n'est pas mort de la soif qui Le consumait. Il est mort de cette mort intérieure, de cette mort spirituelle, de cette coexistence en Lui – qui L'a brisé – de la suprême innocence et de l'infinie culpabilité. D'ailleurs l'Evangile de saint Jean le note : les bourreaux se sont étonnés qu'Il fût déjà mort, alors que ses compagnons, suppliciés à côté de Lui, n'avaient pas encore expiré.

Mais c'est justement parce qu'Il est mort de cette mort intérieure, de cette mort d'identification avec nous que Le Seigneur Jésus ne pouvait pas demeurer dans le tombeau. Il n'a jamais été un cadavre parce qu'Il n'est pas mort de Sa mort. Il est mort de notre mort. Il ne pouvait mourir de mort puisqu'Il était, comme dit saint Pierre, "le Prince de la Vie". Il n'y avait rien en Lui qui ne fût présent à la Vie Éternelle, en la Personne du Fils qui était son vrai et unique Moi. La mort ne pouvait trouver aucune fissure par où s'introduire en Lui. La mort ne pouvait rien trouver à purifier en Lui qui ne fût déjà infiniment vivant. Il n'y avait pas en Lui de rameau desséché à émonder. En Lui, tout était Vie, tout était Vie Éternelle, puisque dans toutes les fibres de Sa chair circulait la Vie Divine.

Le vrai miracle, c'est donc que Le Seigneur Jésus soit mort. Et, justement, s'Il est mort, saint Paul nous le donne immédiatement à entendre, c'est qu'Il n'est pas mort de Sa mort, Il est mort de notre mort pour vaincre en nous la mort. Il est mort d'une mort d'identification. Il est mort en nous d'une mort d'Amour. Le vrai miracle, c'est qu'Il est mort, et Il n'a pu mourir que parce qu'il était le second Adam, capable de nous vivre tous et chacun, dans notre plus profonde intimité, capable d'être en nous le contre-poids de tous nos refus d'amour, capable d'assumer toute notre culpabilité et capable, enfin, de vivre notre mort pour en triompher et nous associer à sa Résurrection."

Père Maurice Zundel


Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine : Laudes : 7h30 - messe : 8h30 - Vêpres : 17h00 - Oraison : 17h30
le dimanche : Laudes : 8h30 - messe à 9h00 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top