Le monde a besoin d’Evangile

Le monde a besoin de Noël

A besoin d’un Sauveur…..

Besoin d’Evangile ?  OUI … c’est-à-dire d’une Bonne Nouvelle …

Celle d’un vaccin anti-covid ? qui marche sans effets secondaires ?  Oui certes.
Cela diminuerait la pression de l’angoisse, ouvrirait à nouveau un chemin, des perspectives pour la vie familiale et sociale.

Dans la situation sanitaire actuelle, le gouvernement a préservé la fête de Noël et des familles et nous nous en réjouissons.
C’est bien le signe que NOEL compte à de multiples niveaux. Car, NOEL, n’en déplaise aux tenants d’une laïcité rigoureuse, est « LA » Bonne Nouvelle, la meilleure qui soit.

UN SAUVEUR NOUS A ETE DONNE !

Nous est donné aujourd’hui.

Quelqu’un vient à nous qui nous aime ; il se fait non seulement proche, mais encore humble et tout petit, de sorte que chacun, si faible et médiocre qu’il soit, peut s’unir à lui afin d’avoir part à sa vie. Communier à un  tel événement donne la joie qui nourrit l’espérance — pour soi, mais aussi pour ceux auxquels on est lié : parents, enfants, fratrie, amis. Cette joie ne boude pas les plaisirs — ceux du repas fin, des cadeaux offerts et reçus —, car ils en sont l’expression. Y croire nous sauve, nous sort de nos impasses, de nos obscurités.

« N’est-il pas temps de rallumer les étoiles ?... » (G. Appolinaire)

« Comme si Dieu m’offrait une nouvelle vie ».

Témoignage de Sœur Anne-Elisabeth,
prieure du Carmel du Pâquier (Suisse) - Source Journal La Croix – 03.07.2020

Sur les 13 religieuses carmélites que compte notre monastère, 11 ont été malades du coronavirus.

J’ai fait partie des premières à ressentir les symptômes et j’ai alors pris la décision, en tant que responsable de la communauté, de procéder à des tests de dépistage du virus.

Tout a commencé, pour moi, par des symptômes légers comme le rhume, puis j’ai eu de très fortes fièvres, des problèmes de concentration, des palpitations et des maux de ventre. Je me déplaçais difficilement et tout ce que je mangeais avait le goût du sel.

Jeudi 16 juillet 2020

 à 11h : messe présidée par le P. Jean Michel Moysan, curé de Morlaix

Pourquoi fête-t-on Marie sous ce vocable ?

A l’époque des Croisades, des ermites s’étaient abrités dans les grottes du mont Carmel. Aujourd’hui, le mont Carmel est associé à la ville de Haïfa, le grand port israélien. A l’époque des Croisés, le Carmel évoquait plutôt Elie, le premier des prophètes, ce solitaire « rempli d’un zèle jaloux pour le Seigneur de l’univers » (1 Rois 19, 10). A sa manière, Elie avait défendu l’honneur de Dieu contre les prophètes de Baal (1 Rois 18). Quand les Croisés furent chassés de Terre Sainte, les ermites, dotés d’une règle par le patriarche Albert de Jérusalem, s’implantèrent en Europe. Mais ils gardèrent le nom de leur lieu d’origine : le Carmel. 

Pour permettre aux fidèles de communier spirituellement, durant ce temps de contrainte où ils ne peuvent librement se rendre à la messe, Monseigneur Centène, évêque de Vannes, a composé l’acte de communion spirituelle suivant :

Acte de communion spirituelle

Seigneur  Jésus,  je  crois  fermement  que  Tu  es  présent  dans  le  Saint Sacrement de l’Eucharistie. Je T’aime plus que tout et je Te désire de toute mon âme. « Après toi languit ma chair comme une terre assoiffée » (psaume 62).

Je voudrais Te recevoir aujourd’hui avec tout l’amour de la Vierge Marie,
avec la joie et la ferveur des saints.

Puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement, viens au moins spirituellement visiter mon âme.

Carmel de Morlaix

 9 Rue Sainte-Marthe
Tél : 02 98 88 05 82

Horaires des Offices :

en semaine  : Laudes : 7h30 - messe : 8h30 - Vêpres : 17h00 - Oraison : 17h30
le dimanche : Laudes : 7h15 - messe à 8h30 - Vêpres : 18h00

Diocèse de Quimper et de Léon

Évêché de Quimper  3 rue de Rosmadec
CS 42009
29018 Quimper cedex
Tél. 02 98 55 34 47 - Fax : 02 98 55 31 77

 site internet : http://www.diocese.quimper.fr

Nous contacter
Pour tous renseignement, veuillez nous contacter à l'aide du formulaire ci-dessous :
Back to top